La peur de perdre…

girl-2934257_1920

Peur de perdre mon temps, peur de perdre la face, peur de perdre le contrôle, peur de perdre mon identité, peur de perdre de l’argent, peur de perdre l’être aimé, peur de perdre la confiance en l’autre, peur de perdre de l’importance, peur de perdre ma crédibilité, peur de perdre du poids…

La peur de perdre s’est taillé une place importante dans ma vie. Ça fait un bout que je cherche la cause sous-jacente de mes craintes, mes choix et mes comportements. Vous savez, si vous me connaissez le moindrement, que j’aime me remettre en question et que je souhaite évoluer.

J’ai réalisé que cette peur de perdre m’empêche souvent d’avancer ou plutôt de prendre des risques. Et là où cette peur de perdre se manifeste le plus, c’est lors de mes interactions avec les autres. J’ai peur de me faire avoir, peur qu’on profite de moi.

Je n’ai aucune idée d’où provient cette peur de perdre. Est-ce que le fait d’avoir perdu mon conjoint aurait amplifié cette peur? Au final, je m’en sors bien, je ne suis pas complètement dévastée par sa mort. Alors pourquoi encore ressentir cette peur de perdre? Semble-t-il que la peur de perdre est alimentée par deux autres peurs : la peur de la mort et la peur de vivre.

Et si on avait tout à gagner au lieu de perdre? Et si au lieu d’avoir peur de perdre quelque chose, je voyais la possibilité de gagner quelque chose? J’aborderais sans doute les choses différemment. Avec plus de confiance et moins de peur. Avec plus d’assurance et moins de doute.

On dit souvent qu’on apprend de nos échecs. Et si je décidais d’apprendre autant de mes succès? Pourquoi devrais-je apprendre davantage du négatif? Je préfère de loin apprendre d’une expérience positive que d’une expérience négative. Est-ce que cet apprentissage en est moins important? Moins valorisé serait peut-être une meilleure réponse.

On valorise l’apprentissage dans l’épreuve. On se félicite d’avoir passé à travers quelque chose de difficile. Et c’est vrai là on s’entend. J’ai moi-même côtoyé la maladie et la mort, je sais de quoi on parle ici. Mais là, je parle d’apprendre dans la joie et le bonheur. Ça aussi c’est gratifiant. Apprendre à se connaître dans le beau et non juste dans le moins beau. Apprendre à s’écouter dans les belles choses et non juste quand la petite voix nous dit de s’enfuir en courant.

Apprendre à avoir envie de gagner au lieu d’avoir peur de perdre…

Bonne réflexion!
Martine

One Comment Add yours

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s