love-1100253_1280Une semaine sans Facebook, sans mon blogue et sans la télé, est-ce possible? Est-ce que j’ai réussi? Oui à 75%, mais je suis satisfaite du résultat à 100%. Découvrez pourquoi je l’ai fait et les conclusions que j’en tire.

Pourquoi je me suis lancé ce défi

J’ai toujours pensé que je ne prenais pas le temps de faire certaines choses, tout simplement parce que je n’avais pas le temps! Difficile de crier haut et fort que je manque de temps en arrêt de travail! Ok, je sais que cet arrêt n’a pas pour objectif de remplir mes journées de choses à faire, mais bien de recharger mes batteries qui étaient à plat.

Mes journées se remplissaient de tout et de rien, de siestes et de petites corvées ménagères. Mais surtout aussi de télé et d’ordinateur. Depuis la création de mon blogue, j’ai passé beaucoup de temps à écrire, à suivre vos commentaires et vos partages. J’avais des idées plein la tête et je voulais les réaliser. J’avais pourtant cette conviction (pour ne pas dire culpabilité) que je n’utilisais pas mon temps comme il le fallait, ou plutôt comme je sentais que j’en avais besoin.

Une nuit alors que je faisais de l’insomnie à penser à plein de textes que je pourrais écrire, je voulais modifier mon blogue, ou même en créer un autre, mais avec un sujet différent (la vie d’une mère parfaitement imparfaite). Ah oui, c’est cool ça! J’étais complètement submergée par l’excitation de créer de nouveaux textes, mais en même temps rongée par la pensée que je ne faisais pas ce que je devais faire.

Le lendemain matin, en me levant, au lieu de bondir sur mon ordinateur, j’ai subitement été prise par l’envie de faire l’inverse et de tout arrêter. Comme j’ai commencé à faire les choses différemment en m’écoutant moi, sans consulter les autres constamment, j’ai juste décidé de m’écouter de de tout arrêter.

Est-ce que ça été difficile?

Bizarrement, pas tant que ça! Le plus difficile ça été la télévision. J’écoutais des films et des émissions le soir avec Seb, une fois les filles couchées. Il a continué de le faire, alors que moi je voulais faire autre chose. J’en ai profité pour écrire (mais pas à l’ordinateur, non non, à la main!), lire dans un bon bain chaud, méditer et me coucher plus tôt.

Est-ce que je suis allé sur Facebook quand même? Oui! Mais vous savez ce que je constatais en y allant? Que c’était souvent du gros n’importe quoi finalement! Des publications banales, des partages de recettes, des partages de trucs de bricolages, certains statuts intéressants, mais honnêtement, rien qui me fasse dire : wow une chance que j’ai ouvert mon Facebook, sinon j’aurais vraiment manqué quelque chose!

Je fais quoi maintenant?

Pour mon blogue, je ne sais pas trop encore. Je réalise que ça m’a aidé à passer à travers la colère. J’ai partagé ma peine avec vous (merci de m’avoir lu, ça m’a fait du bien juste de savoir qu’il y avait des gens pour me lire). Maintenant, je me questionne sur le besoin que j’ai de partager ma vie publiquement. Pour l’instant, je préfère la vivre en famille et entre amis.

Pour la télévision, je vais encore profiter des moments de « cerveau à off » qu’elle procure, mais je vais faire plus attention. La télévision gruge beaucoup d’énergie et je l’ai constaté en éliminant son influence sur moi pendant une semaine.

Pour Facebook, je suis encore confuse par rapport à ça. Je me laisse donc le temps d’y penser. Chose certaine, je préfère maintenant passer mon temps à faire autre chose qu’à être connectée à pas grand chose d’important au final.

Il y a 24 heures dans une journée. J’ai écrit pour le plaisir une « journée type » que j’aimerais avoir. Vous savez que prendre le temps d’écrire que je veux regarder 2 heures de télé dans ma journée, ça me semble un peu ridicule. Je me questionne donc sur ce que je veux faire de ces 2 heures par jour. Je sais que vous avez sans doute plein d’idées à me suggérer, mais je ne veux pas les avoir. Je veux trouver par moi-même ce qui me comblera. Pour l’instant, c’est l’envie d’une sieste qui s’empare de moi…

Je ne vous dis pas au revoir, ni non plus à bientôt.
Je vous tiendrai au courant des développements!

Me connecter à vous m’a permis de me connecter à moi. Merci…

Martine

Advertisements