Passion écriture
Ma mère a voulu commenter un de mes articles Et si…on faisait le deuil de ce que notre vie aurait pu être…, mais comme elle en avait gros à dire, elle me l’a écrit à la main. Ça a finalement donné une page! C’était tellement beau, que je lui ai demandé la permission de l’écrire ici pour le rendre public. Voici ce qu’elle avait à dire sur le fait que je n’ai pas de passion…

Dans ton texte, tu dis que tu n’as pas de passion. Et bien arrête de t’en chercher une, car je constate que l’écriture pour toi c’est :

L’écriture c’est ton enseignante : Car elle t’apprend à t’exprimer avec une bonne orthographe et toujours dans un grand respect des personnes qui font partie de ta vie.

L’écriture c’est ta psychologue : Car elle te permet d’aller visiter ton passé, apprendre à vivre ton présent avec tes choix, tes deuils, tes remises en question et tes réalisations. Elle te permet de regarder l’avenir avec une grande prudence pour t’éviter de trop angoisser. 

L’écriture c’est ton médecin : Car avec tes mots, tout doucement tu guéris les maux de ton corps et de ton âme. 

L’écriture c’est ta meilleure amie : Car elle t’accepte telle que tu es avec tes forces et tes faiblesses. Elle t’écoute et comprend bien ce que tu veux dire. Elle te calme. Elle te donne l’heure juste et se permet même de brasser un peu ta cage, comme seule une vraie amie sait faire.

L’écriture c’est ton guide, ta force intérieure : Car elle te conduit vers la sagesse, l’amour de toi et des autres. Vers ce que tout le monde veut atteindre…le bonheur!

La question que je me pose : Ça se peux-tu que ça ressemble à ça une passion?
La passion vue à travers les yeux de ta mère…

Continue d’écrire Martine, car en plus d’être thérapeutique pour toi, beaucoup de personnes (dont moi) se reconnaissent dans différents passages de tes écrits et ça, c’est vraiment aidant.

Maman

Quand j’étais au secondaire, j’écrivais des poèmes, mes confidences, des lettres d’amour (que je n’envoyais jamais évidemment!). L’écriture représente pour moi quelque chose de libérateur, comme un prolongement de mon être.

Si seulement vous saviez ce que ça me procure d’écrire! J’oublie les « il faut », je ne vois pas l’heure passer, je me sens bien. Je crois effectivement que c’est ça une passion…

Merci maman pour cette petite feuille de papier lignée sur laquelle tu as pris le temps de mettre tes mots. Je crois que je n’ai pas pris ça des voisins mon amour pour l’écriture!

Tout est une question de perception…

Martine

Advertisements